Accueil  >  Options Examens > Langues et Cultures de l’Antiquité LATIN (à partir de la 5°)

Rubrique Options

Langues et Cultures de l’Antiquité LATIN (à partir de la 5°)

Le 13 mai 2016 - Administrateur

Pourquoi faire du latin ?

Parce que le latin est loin d’être une langue morte ! Parce que la civilisation latine est au fondement de notre identité... Parce que la langue latine est une aide précieuse pour l’apprentissage... Parce que le latin permet de mettre toutes les chances de son côté...
Le latin est loin d’être une langue morte !

Il est bien vivant dans les grandes marques...

Qu’ont en commun les noms des marques suivantes ? ASICS, Mars, Arena, Calor, Candia, Lactel, Amora, Volvo, Audi, Vigor, Nivea, Sanex, Vademecum...

Ils sont tous inspirés du latin ! Eh oui, ASICS est l’acronyme de Anima Sana In Corpore Sano, qui est un clin d’œil au célèbre vers du poète latin Juvénal « Mens sana in corpore sano » (« un esprit sain dans un corps sain ») ; « arena » signifie « sable » en latin, ce qui tombe plutôt bien pour une marque de maillots de bain ; « calor », qui signifie « chaleur », est un choix qui ne peut pas laisser froids les potentiels acheteurs de fers à repasser... Le nom de la marque contient même souvent l’éloge du produit vendu : un lait tout à fait blanc (« candens » : blanc brillant), une moutarde que vous allez aimer (« amor » : l’amour), une voiture qui ne tombera jamais en panne (« volvo » : je roule), un déodorant qui garde la peau saine (issu de « sanus » : sain), etc.

… ainsi que dans la littérature et le cinéma modernes !

Si vous n’êtes pas des fans des séries Rome, Spartacus, ou Empire, vous avez forcément vu Gladiator (2000), Astérix et Obélix : mission Cléopâtre (2002), Légions : les guerriers de Rome (2003), La dernière légion (2007), Le choc des Titans (2010), Centurion (2010), L’aigle de la neuvième légion (2011), ou La colère des Titans (2012)... A en juger par les films des 15 dernières années, il est clair que l’antiquité fascine toujours, et qu’elle est une source d’inspiration inépuisable tant pour les cinéastes que pour les écrivains, dont les œuvres sont adaptées au cinéma : entre autres, la série des Percy Jackson, ou plus récemment, la trilogie Hunger Games, dont le principe est inspiré des célèbres jeux de gladiateurs, le nom du régime politique, « Panem », étant un emprunt direct à la fameuse expression de l’auteur latin Juvénal « panem et circenses » : « du pain et des jeux »). Même Harry Potter est traduit en latin (Harrius Potter) !
La civilisation latine est au fondement de notre identité...

...culturelle...

Les Romains ont étendu leur domination sur tout le bassin méditerranéen pendant plus de 600 ans. La littérature, la musique, l’architecture, la peinture et la sculpture, non seulement françaises, mais européennes, ainsi que notre système politique (la république) et juridique (code civil et code pénal) découlent donc de cette civilisation, ou ont été fortement influencés par elle. Mieux connaître cette brillante civilisation, c’est mieux connaître nos racines, notre histoire, les fondements de notre identité de Français et d’Européens, et ainsi mieux comprendre le monde qui nous entoure.

A première vue, difficile de trouver un rapport entre le bikini, le béton, la grue, les égouts, les routes, les W.-C., les doubles vitrages, le chauffage au sol et nos stades modernes... Et pourtant, ce sont là des innovations que nous devons toutes aux Romains !

Les stades modernes, tel le stade de France, empruntent leur forme et leur technique de construction à celle des amphithéâtres romains, dont le fameux Colisée de Rome, construit au Ier siècle après JC par l’empereur Vespasien et son fils Titus. Avec ses 81 338 places, le stade de France peut accueillir à peine plus de spectateurs que n’en accueillait le Colisée : 75 000....

...et littéraire !

Deux jeunes gens qui s’aiment mais dont les familles se haïssent, et qui finissent chacun par se suicider, ça vous dit quelque chose ?
Avant d’être l’histoire de Roméo et Juliette, c’est celle de Pyrame et Thisbé, deux jeunes Babyloniens dont Ovide raconte les amours funestes dans ses Métamorphoses, qui ont inspiré à Shakespeare un de ses chefs -d’œuvre... Les plus grands écrivains, qu’ils soient français, comme Racine, Hugo ou Rimbaud, anglais comme Shakespeare, Milton ou Byron, italiens comme Dante, Pétrarque ou D’Annunzio, allemands comme Goethe, Schiller ou Rilke connaissaient presque par cœur les auteurs grecs et latins, et les ont souvent pris pour modèles ou ont parsemé leurs ouvrages de références aux œuvres antiques . Pour cette raison, il est extrêmement difficile, pour ne pas dire impossible, de comprendre la littérature française, anglaise, italienne ou allemande du Moyen Âge jusqu’au XIXe siècle, sans un minimum de connaissance de l’antiquité gréco-romaine.
La langue latine est une aide précieuse pour l’apprentissage...

… de la langue française...

Beaucoup de nos proverbes viennent du latin. C’est également le cas de plus de 80 % de notre vocabulaire...
Dans un texte français, vous tombez sur le mot « belligérant ». Pas de panique ! Grâce à votre connaissance du latin, vous identifiez immédiatement les mots latins « bellum » (la guerre) et « gerere » (faire), et vous en déduisez donc tout simplement que ce terme signifie « qui fait la guerre ». Et c’est ainsi que l’étymologie vous aide à mieux comprendre les textes que vous lisez et enrichit votre vocabulaire français par de nouveaux mots d’un niveau de langue en général très soutenu, et qui font très bonne impression dans les expressions écrites. En outre, le travail de traduction des textes latins permet une révision permanente d’un grand nombre de règles de grammaire française...

… des langues étrangères...

Tout comme le français, l’espagnol et l’italien sont des langues romanes. Leur conjugaison et leur vocabulaire empruntent donc beaucoup au latin. Prenons deux exemples : le mot latin « mulier », qui signifie la femme, a donné en espagnol « mujer » et en italien « moglie » ; l’imparfait du verbe être en latin est « eram, eras, erat, eramus, eratis, erant », en espagnol « era, eras, era, éramos, erais, eran », en italien « ero, eri, era, eravamo, eravate, erano ». La ressemblance entre ces formes montre bien la proximité de ces trois langues. Mais le latin facilite aussi l’apprentissage de l’allemand, qui est, au même titre que le latin, une langue à déclinaisons : les élèves se familiarisent d’autant plus vite avec un système linguistique qu’il retrouvent d’une matière à l’autre.

… et même des sciences !

Le latin est une école de rigueur, fort utile dans la poursuite d’études scientifiques : en effet, la traduction de textes latins nécessite méthode, analyse et raisonnement logique. Autant de qualités qui sont travaillées et améliorées pendant les cours de latin. Est-il besoin d’ajouter que les plus grands scientifiques d’hier (A. Einstein) et d’aujourd’hui (J. Weissenbach, un des plus grands pionniers mondiaux de l’analyse du génome humain) ont pour la plupart fait du latin et/ou du grec, dont ils n’hésitent pas à vanter les mérites dans la construction d’une pensée rigoureuse et rationnelle ?

Le latin permet de mettre toutes les chances de son côté...

… en obtenant de meilleures notes au brevet et au baccalauréat...

OUI, le latin est pris en compte dans le contrôle continu pour l’obtention du Diplôme national du Brevet ! Et oui, seuls les points obtenus au dessus de la moyenne sont comptabilisés ! Le latin ne peut donc que faire gagner des points et permettre ainsi l’obtention d’une mention. De même, pour le Baccalauréat, la note de latin, très largement au-dessus à la moyenne (autour de 15), s’avère bien utile pour atteindre la mention supérieure (nécessaire pour l’entrée dans certaines grandes écoles telles Sciences Po et HEC), d’autant que le coefficient de l’épreuve est de 3. De plus, la mention « Latin jusqu’en Terminale » constitue, pour l’entrée en classe préparatoire, comme plus tard pour un employeur, un gage de culture et de sérieux qui fait la différence. La connaissance du latin est un atout pour bon nombre de métiers, bien sûr liés à la culture, mais également au droit, à la médecine, et même à la politique !

… et en permettant de valider les compétences

Le latin contribue lui-aussi à la validation du Socle Commun de Connaissances et de Compétences et à l’enseignement de l’Histoire des Arts, et ce, de façon privilégiée, car il permet de créer ou de renforcer les compétences liées à presque tous les piliers en favorisant d’une part les acquis linguistiques (piliers 1 et 2), d’autre part la formation d’une sensibilité esthétique (pilier 5) et enfin la promotion des valeurs (piliers 6 et 7), par le biais notamment de l’informatique (pilier 4).

{#ENV{date}, date, #URL_PAGE{jour}, #URL_PAGE{calendrier_mini_event.json}}

Services en ligne

Restez informé